FOCUS

Psittacisme médiatique, ère de l'ubiquité, automédiation

L’insatisfaction médiatique actuelle généralisée caractérise un temps nouveau, celui de l’ubiquité. Nous vivons ici avec des images de l’ailleurs qui participent fortement à nos comportements ou à nos convictions. Souvent, les images d’ailleurs sont infiniment plus puissantes pour nous que ce que nous regardons directement. Parallèlement, nous sommes entrés dans une théâtralisation généralisée : chacune et chacun « fait » image ici et partout. Essayons alors de résumer les enjeux sur deux plans : le fonctionnement des médias et soi comme média.

Lire la suite

Pour en finir avec la «lecture d’images»

Posons quelques éléments de réflexion simples. Lorsque nous avons créé en 2008 le site decryptimages.net s’est posée la question de dénomination et de définition. Plusieurs hypothèses ont été envisagées. Une a été bannie : l’allusion au fait de « lire une image ». Pourquoi ?

Lire la suite

LE TEMPS DE LA DEQUALIFICATION

L’accumulation planétaire d’images, texte et sons et leur circulation exponentielle ont plusieurs conséquences directes. Les plus évidentes sont l’obsolescence généralisée et la déqualification avec perte de tout repère. D’autant que notre ubiquité constante ne s’est pas accompagnée d’un effort éducatif à tout âge pour offrir des bases en histoire du visuel et des méthodes d’analyse. Elle ne s’est pas non plus accompagnée d’efforts pour multiplier les médias-relais, les médias intermédiaires, géographiques ou thématiques qui trient et proposent entre les milliards d’expressions individuelles et les médias minoritaires dans lesquels les mêmes informations très restreintes et les mêmes personnages tournent en boucle.

Lire la suite

HISTOIRE NATIONALE, HISTOIRE GLOBALE, HISTOIRE STRATIFIEE

Il est toujours très difficile d’expliquer les basculements. Pourquoi des notions cachées, des pensées invisibles et méprisées surgissent soudain comme des évidences collectives. Prenant de l’âge, je devrais avoir du recul sur cela et des réponses éclairantes, mais non. Il s’agit d’un sujet de recherches bien mystérieux, en tout cas pour moi. Benjamin Stora, lors d’un entretien dans l’émission [decryptcult] visible sur ce site, expliquait que l’exposition La France en guerre d’Algérie en 1992 au Musée d’histoire contemporaine constitua un tournant dans la recherche et la compréhension des événements. Pourtant, cette exposition et l’important ouvrage qui l’accompagnait se déroula dans un silence médiatique quasi-total (hormis un article dans le journal Le Monde qui expliquait qu’il ne fallait pas faire d’exposition ambitieuse quand on n’avait pas les mêmes espaces que le Centre Pompidou…). A partir de 2002, tout le monde cependant courait après le livre et la guerre d’Algérie occupait des médias étonnés qu’on n’en parlât point suffisamment.

Lire la suite

HISTOIRE NATIONALE, HISTOIRE GLOBALE, HISTOIRE STRATIFIEE

Il est toujours très difficile d’expliquer les basculements. Pourquoi des notions cachées, des pensées invisibles et méprisées surgissent soudain comme des évidences collectives. Prenant de l’âge, je devrais avoir du recul sur cela et des réponses éclairantes, mais non. Il s’agit d’un sujet de recherches bien mystérieux, en tout cas pour moi. Benjamin Stora, lors d’un entretien dans l’émission [decryptcult] visible sur ce site, expliquait que l’exposition La France en guerre d’Algérie en 1992 au Musée d’histoire contemporaine constitua un tournant dans la recherche et la compréhension des événements. Pourtant, cette exposition et l’important ouvrage qui l’accompagnait se déroula dans un silence médiatique quasi-total (hormis un article dans le journal Le Monde qui expliquait qu’il ne fallait pas faire d’exposition ambitieuse quand on n’avait pas les mêmes espaces que le Centre Pompidou…). A partir de 2002, tout le monde cependant courait après le livre et la guerre d’Algérie occupait des médias étonnés qu’on n’en parlât point suffisamment.

Lire la suite

La fin de la vérité ?

Les événements récents (l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis), succédant à tant d’autres convergents, nous conduisent à interroger le statut de la véracité des faits à l’ère du cumul médiatique. La notion de « vérité » est mise à mal par trois pratiques : la pratique (religieuse ou idéologique) qui postule qu’une seule vérité choisie est la bonne en excluant les autres par principe ; l’usage du mensonge comme outil de base cynique pour arriver à ses fins ; le doute et le questionnement scientifique des faits.

Lire la suite

ET LA CULTURE ?

Lisez cette synthèse pour comprendre l'absence aberrante de la culture dans la campagne électorale française, les questions de définition essentielles pour couvrir le territoire culturel de chacune et chacun au quotidien et les enjeux locaux-globaux, le malaise profond des actrices/teurs du champ culturel et des savoirs (qui ne sont plus des modèles sociaux) et les pistes pour transformer un ministère en déshérence :

Nous sommes partis dans les soubresauts –seconde par seconde-- des aiguillons tweetés par une actualité politique où l’obsolescence programmée règne. Immigration, identité, chômage, les pics d’attention apparaissent au fur et à mesure de formules choc. Il est cependant un domaine qui indiffère complètement depuis des années : la culture. Pourquoi ?

Lire la suite

REMETTRE EN MARCHE LA PENSEE DE L'HISTOIRE

 Il est urgent de replacer au centre des débats des questions de fond. Nous sommes bercés de nationalisme d'un côté et de radicalisation religieuse de l'autre. Le petit texte ci-dessous explique deux priorités citoyennes aujourd'hui. D'abord, faire de l'Histoire stratifiée pour comprendre nos identités imbriquées en sachant l'histoire de là où nous vivons, de notre région, de notre pays, de notre continent et de notre planète. L'autre priorité consiste à pouvoir trier, identifier, avoir des repères dans le maelström que nous recevons sur nos écrans en apprenant à voir grâce à de l'histoire générale du visuel qui situe les productions dans le temps, la géographie et les supports d'images. Essayons enfin de nous recentrer sur ce qui importe pour notre avenir collectif et non sur les vieilles recettes sources d'exclusion et très peu heuristiques pour les recherches à mener désormais.
Lire la suite

MEDIA-TERRORISME ET CONTENTION MEDIATIQUE

Le 11 septembre 2001 a inauguré une nouvelle ère dans le terrorisme. Certes, le terrorisme, depuis les anarchistes au XIXe siècle, a toujours cherché à frapper en visant des symboles. Mais le 11 septembre a montré une construction médiatique des événements : une scénarisation. L’aspect filmique du 11 septembre avec un scénario hollywoodien et des événements successifs fut frappant. D’autant plus frappant d’ailleurs que les images furent particulièrement « pauvres », peu cinématographiques, agitant fortement les imaginaires par absence d’images.

Ce fut le cas des attaques à Madrid, à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher, ou le 13 novembre 2015 à Paris. Choisir le 14 juillet, Nice, ville internationale, et rouler sur les spectateurs du feu d’artifice relève de la même logique : prendre les médias à la gorge par la construction d’une surenchère de l’horreur dans un contexte symbolique fort. Et les choses s'enchaînent où tout peut être récupéré, notamment le plus spectaculaire comme égorger un prêtre de 86 ans dans son église.

Lire la suite

ANALYSER L'IMAGE PUBLICITAIRE

Souvent dépréciée et perçue comme l’emblème du pouvoir de la société de consommation, la publicité agrège des croyances dont l’impétuosité semble inédite. Une mythologie autour du caractère subreptice et des facultés manipulatoires de la publicité persiste depuis sa création, alimentée par les discours anti-publicitaires contemporains, mais également par les traditions théoriques focalisées sur le caractère insidieux des logiques marchandes et la dépravation culturelle qui en résulterait. A l’autre extrémité, on la perçoit parfois comme un témoin privilégié de la société et ses évolutions, ou encore le siège d’une créativité débordante, à la lisière de l’art.

Lire la suite
  • 1
  • 2