• L’histoire mondiale des images, s’initier en 10 étapes-repères

    Nous vivons désormais partout sur la planète dans l’ubiquité permanente entre ce que nous voyons directement et ce que nous voyons indirectement (généralement par écran interposé). Comment alors penser que ce monde des images n’ait pas transformé profondément le fonctionnement des sociétés humaines et les imaginaires individuels dans notre réalité locale-globale ? Voilà pourquoi, à tout âge, il est devenu primordial de se situer dans le déversement incessant de tout et n’importe quoi, d’images, textes et sons que nous ne savons pas qualifier. Les repères en histoire générale de la production visuelle humaine sont devenus ainsi la base de savoirs indispensables si nous voulons échapper aux sociétés du contrôle et à l’instrumentalisation pour des raisons commerciales ou idéologiques.  Au XXIe siècle, apprendre à voir est devenu un impératif civique, autant qu’apprendre à lire. Cette exposition apporte des repères dans le temps, dans l'espace et sur les supports d'images. Elle est la base de nombreux développements possibles et peut se compléter par le livre (disponible sur www.lulu.com ).

    Cliquez ici pour demander l'exposition complète

    Lire la suite...

  • Carambolages : fertilité visuelle ou accident muséographique ?

    L’exposition lancée en mars 2016 au Grand Palais à Paris avec un catalogue-objet constitue un cas de figure passionnant. Nous l’avions évoquée avec son commissaire Jean-Hubert Martin dans l’émission [decryptcult]. Elle est en effet très révélatrice de beaucoup d’aspects concernant l’usage des expositions aujourd’hui comme celui de notre univers d’images et des pratiques de recherche et d’éducation.

    Lire la suite...

  • Cabu, Charb, Tignous, Wolinski

    En souvenir de Cabu et des membres de la rédaction de Charlie hebdo assassinés en ce jour, quelques images de Cabu invité de l'émission [Decryptcult] il y a presque un an jour pour jour. 

     

    Lire la suite...

  • Les révolutions arabes. Une nouvelle génération de photojournalistes

    L'exposition Oeil pour oeil, 5 ans de Signature se poursuit encore pendant une dizaine de jours à l'Hôtel de Sauroy. Elle sera l'occasion d'une rencontre à laquelle est associé [Decrytimages] autour du regard porté sur les révolutions arabes en compagnie des photographes Bruno Amsellem et Johann Rousselot.

    Rendez-vous mardi 3 juin à 19h à l'Hôtel de Sauroy.

    Pour plus d'informations sur le festival : http://www.signatures-photographies.com/vitrine/fr/news/oeil-pour-oeil-5-ans-de-signatures

    Voir également le site du Musée français de la photographie qui co-organise la rencontre : http://www.museedelaphoto.fr/?p=3706

     

    Lire la suite...

  • Flash et Stars au Musée

     Image 1

     Jean Pigozzi, Mick Jagger et Arnold Schwarzenegger, Hôtel du Cap, Antibes, 1990

    Paparazzi ! Photographes, stars et artistes, au centre Pompidou Metz du 26 février au 9 juin 2014

    Faire entrer au musée les paparazzis peut sembler à première vue une idée étrange. C’est cependant le thème d’une exposition et d’un riche catalogue[1] proposés par le jeune centre Pompidou de Metz.

    Le but de cette exposition est de démontrer que la photo de paparazzi qui habite notre quotidien a néanmoins un intérêt sociologique et artistique. Alors qu’il pourrait paraître appartenir à la superficialité du banal, le phénomène paparazzi est complexe et ses répercussions sont réelles et nombreuses.

     

    Lire la suite...

Albert Capellani, De Vincennes à Fort Lee

 

 

 

 

Compte-rendu de Jean A. Gili et de Eric Le Roy (dir.), « Albert Capellani, De Vincennes à Fort Lee », 1895, Revue d’Histoire du Cinéma, n°68, Hiver 2012.

par Manon Billaut (Université Paris III La Sorbonne Nouvelle)

 

En 2011, Pathé mit à l’honneur Albert Capellani en éditant un coffret rassemblant les quatre films les plus importants du cinéaste - L’Assommoir (1908), Germinal (1913), Le Chevalier de Maison Rouge (1914), et Quatre-Vingt-Treize (1921) - accompagnés de nombreux courts-métrages et d’un livret de 40 pages. Cette édition fit suite aux deux rétrospectives Capellani organisées au Festival del cinema ritrovato de Bologne en 2010 et 2011. Malgré tout, il manquait encore une véritable étude qui permette d’accompagner la redécouverte des films de ce pionnier du cinéma français ; écueil scientifique que vint combler la publication, l’hiver dernier, du numéro 68 de 1895, Revue d’histoire du cinéma, intitulé Albert Capellani, De Vincennes à Fort Lee, et dirigé par Jean A. Gili et Éric Le Roy. La publication fut accompagnée d’une rétrospective de ses films organisée par la Cinémathèque française (6-24 mars 2013), qui permit de redécouvrir les films grâce à de belles copies et de voir également quelques inédits.

Lire la suite

Le Centre Pompidou en voie de globalisation !

 

Ouverte trop discrètement dans une actualité pléthorique, ne ratez surtout pas le nouvel accrochage des collections au Centre Pompidou sous le titre de "Modernités plurielles. 1905-1970". C'est stimulant et il y a d'indéniables réussites. 

 

Elles éclatent de prime abord. Quelles collections d'exception en effet et tellement diverses. On voit, revoit et on a plaisir à voir. Où pourrait-on faire une pareille traversée visuelle avec tant de pièces majeures ? Ensuite, ces remises en questions par une "pensée visuelle en actes" restent toujours salutaires : les expositions, depuis longtemps, créent aussi notre compréhension du monde. Elles rebattent les cartes : ici en insistant sur les mouvements, les revues, les courants de pensée, tellement fondamentaux dans ce siècle qui fut aussi un siècle du papier. Enfin, après Les Magiciens de la Terre de Jean-Hubert Martin, on a le sentiment de prendre enfin la mesure du grand phénomène planétaire d'explosion de la notion d'arts plastiques occidentale vers l'ensemble des continents avec des allers et retours (par phagocytage).

Lire la suite

Un état du webdoc aujourd'hui

 

 

Laurent Véray et Guillaumoulez proposent de faire le point sur l'état du webdocumentaire dans le cadre du programme Plateforme 14. 

Cette journée d'études se tiendra le 17 décembre salle Las Vergnas, (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

 

Information et programme

 

Luttes de femmes

 

Luttes de femmes, 100 ans d’affiches féministes par Bibia Pavard et Michelle Zancarini –Fournel, 2013, éditions les Echappées, 136 pages

par Florent Barnades

 

 

Les Editions des Echappées livrent un troisième opus sur l’art des affiches. Les deux premiers titres concernaient la propagande pro et anti communiste[1]. Ce dernier, très pédagogique, retrace à la fois la lutte des droits des femmes depuis la fin du XIXème siècle jusqu’à nos jours (les FEMEN sont présentes dans les dernières pages). Cet ouvrage pourra aider quiconque s’intéresse à la question des droits des femmes car tous les sujets sont abordés et de façon diachronique exposant les différents points de vue et concepts sur une même question.

 

Lire la suite

Les mains d’Horvat

 

Les mains d’Horvat, exposition de Frank Horvat dans le cadre du Festival de la photo de Saint Germain des Prés du 6 au 23 novembre 2013 Galerie Dina Vierny, 36 rue Jacob, Paris.

Né en 1928, Frank Horvat est un grand nom de la photographie. C’est un pionnier. Il a abordé avec un esprit neuf les différents domaines dans lesquels il s’est aventuré. Ayant commencé par le photojournalisme sous l’influence d’Henri Cartier-Bresson, ses premières photographies en noir et blanc sont sélectionnées pour participer à l’exposition mythique organisée par Edward Steichen au Museum Of Modern Art (MoMa) de New York the Family of man. Lancée en 1954, cette exposition se clôt en 1964 après avoir fait le tour de la planète. Elle a été vue par 9 millions de spectateurs. Frank Horvat se consacre ensuite à la photographie de mode. Il est de ceux qui sortent les modèles des studios pour donner plus de vie à ce genre. Ses photographies sont publiées dans les plus grands magazines en Europe et aux Etats-Unis. Passé un temps par l’écriture, il est un des premiers à s’intéresser au numérique et au traitement des images par ordinateur. Il crée en 2000 l’un des premiers livres de photo numérique lisible sur tablette.

102374 1371197636 3 561x420p

Aujourd’hui à 85 ans, il livre à la galerie Dina Vierny une série de photographies de ses mains. Comme il le souligne, « nos expressions faciales sont des codes » alors que nos mains « ces organes qui en disent tant – sans que la personne à qui elles appartiennent ne les contrôle, et surtout sans qu’elle sache précisément ce qu’elles expriment ». En photographiant ses propres mains, le photographe nous rappelle l’importance de ce médiateur au monde. Premier organe du toucher, elles sont à notre image et nous livrent. Pour le créateur, elles sont l’outil qui permet de mettre en forme dans l’espace ce qui n’existe que dans son cerveau. Pour le photographe, c’est un prolongement de son œil. En soulignant cette évidence, Frank Horvat nous étonne à nouveau.

Florent BARNADES