• Mémoires en noirs et blancs

    Lila Quintero Weaver, Darkroom, mémoires en noirs et blancs, Paris, Steinkis, 2013, 256 p.

    Selma, de Ava DuVernay, fait l’actualité cinématographique en dévoilant la lutte de Martin Luther King en faveur du droit de vote pour tous les citoyens américains. L’esclavage et le mouvement des droits civiques sont depuis peu portés à l’écran, comme l’explique Pap Ndiaye, dans l’interview accordée à Zéro de conduite : « Le sujet des droits civiques est récent dans le cinéma américain, il n’a pas beaucoup de place à Hollywood. Dans son film Le Majordome sorti en 2013, Lee Daniels revisite, à travers le personnage du fils du majordome de la présidence, l’histoire des droits civiques aux Etats-Unis. C’est la première fois qu’un épisode aussi important que les Freedom rides apparait à l’écran. La reconstitution par Ava DuVernay de la charge de la police sur les marcheurs pacifistes sur le pont Edmund Pettus de Selma, au-dessus de la rivière Alabama, est saisissante et n’avait jamais été montrée auparavant. [1]»

    Lire la suite...

  • Cabu, Charb, Tignous, Wolinski

    En souvenir de Cabu et des membres de la rédaction de Charlie hebdo assassinés en ce jour, quelques images de Cabu invité de l'émission [Decryptcult] il y a presque un an jour pour jour. 

     

    Lire la suite...

  • Entendre la guerre : la guerre, ça s'écoute ?

    "La guerre fut d'abord le triomphe du bruit, d'un bruit inouï au sens propre du terme, c'est à dire jamais entendu auparavant par tous ceux qui furent plongés dans le monde nouveau de la guerre industrielle. Or, on ne connaîtra jamais, on ne pourra jamais connaitre le bruit de la guerre en 1914-1918. De ce bruit, il n'existe aucun enregistrement". Ce paradoxe, souligné par Stéphane Audouin-Rouzeau ne laisse pas d’étonner, et il aura fallu cent ans pour que l'historiographie s'intéresse de plus prêt à cet inconnu que fut le fracas immense produit par la première conflagration mondiale.

    Lire la suite...

  • Un événement pédago : les boîtes du Musée français de la photographie

    Un travail considérable vient de s'achever sous la houlette de Julie Corteville au Musée français de la photographie (basé à Bièvres). Ce travail pédagogique a le mérite de jouer tant l'aspect interactivité en ligne que la diffusion matérielle de boites magnifiques. Il interroge une des formes historiques fondamentales de la photographie : le portrait, qui traverse les époques et les créations, de la photo amateur, à la diffusion presse en passant par le dispositif muséal. Définition, histoires, usages sociaux... voilà une entreprise importante pour tous les pédagogues.

    www.museedelaphoto.fr

     

    Lire la suite...

  • Les révolutions arabes. Une nouvelle génération de photojournalistes

    L'exposition Oeil pour oeil, 5 ans de Signature se poursuit encore pendant une dizaine de jours à l'Hôtel de Sauroy. Elle sera l'occasion d'une rencontre à laquelle est associé [Decrytimages] autour du regard porté sur les révolutions arabes en compagnie des photographes Bruno Amsellem et Johann Rousselot.

    Rendez-vous mardi 3 juin à 19h à l'Hôtel de Sauroy.

    Pour plus d'informations sur le festival : http://www.signatures-photographies.com/vitrine/fr/news/oeil-pour-oeil-5-ans-de-signatures

    Voir également le site du Musée français de la photographie qui co-organise la rencontre : http://www.museedelaphoto.fr/?p=3706

     

    Lire la suite...

Gilles Caron. Le conflit intérieur.

Michel POIVERT, Gilles Caron. Le conflit intérieur, Arles, Éditions Photosynthèses/Musée de l’Élysée, 2013, 300 p.

Par Shakila Zamboulingame

professeure agrégée d’histoire-géographie au lycée Eugène Delacroix de Drancy.

NB : les citations entre guillemets sans notes en bas de page sont extraites de l’ouvrage.

Couverture dos

L’ouvrage de Michel Poivert est peut-être, à ce jour, l’un des plus aboutis sur Gilles Caron[1]. Il offre une sélection de photographies organisées en corpus thématiques qui sont autant de prismes pour comprendre le travail du photographe, entre interrogations sur l’ « héroïsme », la « douleur des autres » ou encore « la conscience malheureuse du photographe ».

Lire la suite

En attendant l'hiver...

En attendant l'hiver...
Climat et vie quotidienne chez les Inuit

une expo et un film

Cette exposition (29 panneaux) raconte une expérience particulière réalisée en 2010 à l'extrême nord du Nunavik. Expérience d'écologie culturelle, elle montre de manière sensible à la fois les transformations dans la vie quotidienne des Inuit entre traditions ancestrales et aspects de la "modernité" nord-américaine, ainsi que les incidences directes d'un réchauffement climatique patent. Créée par le Musée du Vivant-AgroParisTech, elle est téléchargeable gratuitement en haute définition sur inscription en ligne (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Elle peut s'accompagner d'un film de Laurent Gervereau sur le même sujet (1h17) diffusé par www.adav-assoc.com >

MVPHOT NUNAVIK 230 skidoo

 Pour télécharger l'exposition en basse définition: ici

Contactez-nous pour l'exposition en haute définition : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Autochromes en Normandie

Une des grandes tendances lourdes de ces dernières années fut de réévaluer le rôle de la photographie. Parfois jusqu'à l'excès, sous prétexte de l'intimité du public avec ce médium, contrairement à nombre d'expressions plastiques depuis un siècle. Les autochromes documentaires ont ainsi été reconsidérés, notamment avec les travaux autour d'Albert Kahn et des Archives de la Planète. Voilà maintenant des travaux sectoriels : EN COULEURS ET EN LUMIERE. Dans le sillage de l'mpressionnisme, la photographie autochrome 1903-1931 par le Musée de Normandie (livre chez Skira-Flammarion). Deux aspects nous intéressent particulièrement : le choix des sujets et des cadrages ; les interpénérations entre les travaux picturaux et photographiques, à la fois du point de vue du regard de certains sur leur époque et dans la construction picturale. Très bons sujets d'études. 

Le portrait politique, de 1914 à nos jours : propagande et contre-propagande

Le CHCSC en collaboration avec la Maison d'Italie, le GERCI et l'HISPOSS ont publié cette semaine un appel à communication pour le colloque "le portrait politique de 1914 à nos jours : propagande et contre-propagande ? ". L'appel invite à questionner le rôle du portrait - ici défini comme genre figuratif - dans la communictaion politique.

Pour plus d'information: site du CHCSC