• L’histoire mondiale des images, s’initier en 10 étapes-repères

    Nous vivons désormais partout sur la planète dans l’ubiquité permanente entre ce que nous voyons directement et ce que nous voyons indirectement (généralement par écran interposé). Comment alors penser que ce monde des images n’ait pas transformé profondément le fonctionnement des sociétés humaines et les imaginaires individuels dans notre réalité locale-globale ? Voilà pourquoi, à tout âge, il est devenu primordial de se situer dans le déversement incessant de tout et n’importe quoi, d’images, textes et sons que nous ne savons pas qualifier. Les repères en histoire générale de la production visuelle humaine sont devenus ainsi la base de savoirs indispensables si nous voulons échapper aux sociétés du contrôle et à l’instrumentalisation pour des raisons commerciales ou idéologiques.  Au XXIe siècle, apprendre à voir est devenu un impératif civique, autant qu’apprendre à lire. Cette exposition apporte des repères dans le temps, dans l'espace et sur les supports d'images. Elle est la base de nombreux développements possibles et peut se compléter par le livre (disponible sur www.lulu.com ).

    Cliquez ici pour demander l'exposition complète

    Lire la suite...

  • Carambolages : fertilité visuelle ou accident muséographique ?

    L’exposition lancée en mars 2016 au Grand Palais à Paris avec un catalogue-objet constitue un cas de figure passionnant. Nous l’avions évoquée avec son commissaire Jean-Hubert Martin dans l’émission [decryptcult]. Elle est en effet très révélatrice de beaucoup d’aspects concernant l’usage des expositions aujourd’hui comme celui de notre univers d’images et des pratiques de recherche et d’éducation.

    Lire la suite...

  • Mémoires en noirs et blancs

    Lila Quintero Weaver, Darkroom, mémoires en noirs et blancs, Paris, Steinkis, 2013, 256 p.

    Selma, de Ava DuVernay, fait l’actualité cinématographique en dévoilant la lutte de Martin Luther King en faveur du droit de vote pour tous les citoyens américains. L’esclavage et le mouvement des droits civiques sont depuis peu portés à l’écran, comme l’explique Pap Ndiaye, dans l’interview accordée à Zéro de conduite : « Le sujet des droits civiques est récent dans le cinéma américain, il n’a pas beaucoup de place à Hollywood. Dans son film Le Majordome sorti en 2013, Lee Daniels revisite, à travers le personnage du fils du majordome de la présidence, l’histoire des droits civiques aux Etats-Unis. C’est la première fois qu’un épisode aussi important que les Freedom rides apparait à l’écran. La reconstitution par Ava DuVernay de la charge de la police sur les marcheurs pacifistes sur le pont Edmund Pettus de Selma, au-dessus de la rivière Alabama, est saisissante et n’avait jamais été montrée auparavant. [1]»

    Lire la suite...

  • Cabu, Charb, Tignous, Wolinski

    En souvenir de Cabu et des membres de la rédaction de Charlie hebdo assassinés en ce jour, quelques images de Cabu invité de l'émission [Decryptcult] il y a presque un an jour pour jour. 

     

    Lire la suite...

  • Entendre la guerre : la guerre, ça s'écoute ?

    "La guerre fut d'abord le triomphe du bruit, d'un bruit inouï au sens propre du terme, c'est à dire jamais entendu auparavant par tous ceux qui furent plongés dans le monde nouveau de la guerre industrielle. Or, on ne connaîtra jamais, on ne pourra jamais connaitre le bruit de la guerre en 1914-1918. De ce bruit, il n'existe aucun enregistrement". Ce paradoxe, souligné par Stéphane Audouin-Rouzeau ne laisse pas d’étonner, et il aura fallu cent ans pour que l'historiographie s'intéresse de plus prêt à cet inconnu que fut le fracas immense produit par la première conflagration mondiale.

    Lire la suite...

Monory, questionneur d'images

Le MacVal avait ouvert avec une exposition Monory gidouillesque qui remettait à l'honneur cet artiste important de la figuration narrative. Bernard Vasseur chez Cercle d'art rappelle quelques œuvres de ce peintre n'ayant cessé d'interroger le monde des images, entre art ancien, photographie ou cinéma. Son œuvre reste en effet un moyen très riche pour comprendre les enjeux de la figuration face à notre humaine condition, dans laquelle son double, l'homme au chapeau, à l'imper et aux lunettes noires, se met en jeu. Précieux.

Bernard Vasseur, Monory, Paris, Cercle d'art, 2012, 64 p.

Pour plus d'informations: http://www.cercledart.com/livres/monory/

 

Séminaire des Rencontres d’Arles – 8, 9 et 10 juillet 2013

Séminaire des Rencontres d’Arles – 8, 9 et 10 juillet 2013 – La photographie à rebours : les paradoxes des pratiques d'aujourd'hui.

 La photographie à rebours : les paradoxes des pratiques d’aujourd’hui

Se trouvant sans doute trop « propres », trop parfaits les pixels de nos téléphones et appareils photographiques se réapproprient grâce à de nombreuses applications les émulsions d’antan, les approximations, les « accidents créatifs ». Ils nous proposent, pour pas trop cher, d’introduire ces « accidents » que nous mettions des heures à faire disparaître, ils nous dispensent des choix cornéliens de pellicules, ils nous répandent sur écran des dominantes que nous corrigions à grands renforts de filtres…

 

Lire la suite

Le comparatisme historique au Musée de l'Armée

Nous voudrions souligner ici combien l'exposition Napoléon et l'Europe marque une date très importante dans les rapports entre le Musée de l'Armée et la science historique. Ce musée, comme beaucoup d'autres d'ailleurs en France, fut d'abord un musée de collections. Il exposait des objets et des reliques, dont beaucoup autour du mythe napoléonien. Une inflexion a eu lieu lors de l'ouverture des nouvelles salles sur les deux guerres mondiales, avec introduction de réflexions historiques, sous l'influence en partie du Musée d'histoire contemporaine-BDIC, musée pionnier installé aux Invalides.

Lire la suite

DEUTSCHER/BELLAICH

Double exposition à l'espace CINKO : Fabrice DEUTSCHER et Victor BELLAICH
par Florent BARNADES

Ces deux photographes exposent depuis lundi 12 mai et jusqu'au 25 mai deux séries complètement différentes dans leurs thèmes et leurs traitements. Le choc de cette exposition duale plus que double est des plus agréable.

Lire la suite

The Nine Eyes Of Google Street View

The Nine Eyes of Google Street View de Jon Rafman, artiste québécois né en 1981, diplômé de la School of the Art Institute of Chicago en 2008, publié aux éditions Jean Boîte, novembre 2011

A priori ce livre évoque une réalité connue de tous les internautes. L’application Google Street View ® permet de découvrir un panorama mondial. Le rêve de tous les géographes est devenu réalité : une carte en trois dimensions dans laquelle on peut se promener. Pour réussir cette photographie mondiale, Google® a déployé une flotte de neuf voitures armées d’appareil photo prenant des clichés tous les dix ou vingt mètres. Grâce à des logiciels qui ont assemblé le puzzle, toutes ces images sont devenues une réalité que l’internaute reconnaît du premier coup d’œil: une vue un peu déformée, dotée d’une mauvaise définition marquée par la croix de navigation et des directions routières. L’auteur de ce livre a collecté à travers la toile les vues remarquables produites par Google Street View®.

Lire la suite