• Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

    Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

  • VOIR / NE PAS VOIR LES

    VOIR / NE PAS VOIR LES "HANDICAPS"

  • Exposition : Une petite histoire de la BD

    Exposition : Une petite histoire de la BD

  • Tout le monde décrypte !

    Tout le monde décrypte !

édito

Tout le monde décrypte !

Le lancement de la nouvelle formule de decryptimages.net doit être l’occasion d’une mise en perspective. Rappelons-le, lorsque ce site apparut en 2008 (lancé officiellement le 17 mars 2009), rassemblant les ressources de sites antérieurs créés depuis 2000 par l’Institut des Images (imagesmag, imageduc, primages), le mot « décrypter » n’était pas du tout à la mode. Nous avons eu de longs débats. La notion d’analyse nous semblait la bonne mais n’était pas très attirante (analysimages...). Nous nous sommes portés ainsi vers cette notion de décryptage, qui est le fait d’aller chercher le sens de ce qui est codé, crypté –quand il y a lieu...

Lire la suite

Analyse du nouveau logo BP - QUOI

Index de l'article

QUOI

description

Voici le nouveau logo BP lancé au niveau mondial le 24 juillet 2000. Créé par l’agence de graphisme Landor Associates à la demande de Sir John Browne, le PDG de BP, ce logo remplace l’ancien blason familial, utilisé par la compagnie depuis les années 30.

Baptisé “marque Helios” par Landor, le logo a la forme d’un soleil rayonnant ou d’une fleur avec, sur le côté, les initiales de la compagnie. Les lettres, vert foncé, sont des minuscules de type roman sans serif ; elles sont positionnées de façon excentrée, hors du motif principal, en position nord nord-est par rapport à l'image.

Les rayons du soleil, ou pétales de fleur, serrés et étroitement imbriqués, rayonnent à partir du centre d'une intense luminosité, passant d'un jaune moutarde à un vert lumineux puis à un vert plus foncé sur les bords, comme le vert des initiales. Le vert et le jaune utilisés ici ont été repris de l'ancien logo de BP.

Rien dans ce logo ne rappelle la nature de ce que produit principalement la compagnie : du pétrole et du gaz.

Il n’y a ni explication ni référence à la technologie.

Un exercice de redéfinition de la marque

Le nouveau logo, qui a coûté à lui seul 7 millions de dollars à l’entreprise, fait partie d’une opération de renouvellement de l’image de la marque dont le coût total s’est élevé à 200 millions de dollars. Cette opération comprenait la rénovation des stations service fonctionnant, de plus en plus, à l’énergie solaire, ainsi que l’installation de nouvelles pompes à essence affichant des informations en ligne pour que les conducteurs n’aient plus le sentiment de perdre leur temps en faisant le plein : l’objectif étant d’accroître les ventes d’au moins 10% pour l’année.

La redéfinition de son image de marque est risquée pour une compagnie aussi largement connue, et détentrice d’une immense part de marché. Mais cela fut considéré comme essentiel pour garder l’apparence d’une entreprise dynamique. Le but de BP n’était pas seulement de faire de la publicité par le biais d’un changement dans le design du logo et par l’introduction des nouvelles technologies dans les stations services ; il fallait aussi marquer symboliquement la fusion sous un même étendard des sociétés récemment rachetées par le groupe (Amoco, Burmah Castrol, Atlantic Richfield).

bp02 bp03

Il fut ainsi décidé d’utiliser les initiales de BP en raison de la large diffusion du nom répandu partout, bien qu’aux Etats-Unis les noms d’Amoco et d’Arco soient plus connus. Foin donc de la torche Amoco (symbole d’énergie) aux couleurs de l’Amérique (rouge, blanche et bleue) dans son cadre ovale (censé représenter un service accueillant) et du vieux blason BP symbole de la stabilité et d’une tradition orgueilleuse) vert et jaune (pour l’environnement et l’énergie) de BP Amoco, remplacés par le soleil rayonnant et les initiales BP comme emblème unique de la compagnie.

Le nom du logo a été donné spécialement pour le protéger des appellations indésirables (comme le AT&A de ‘death star’). En donnant au symbole une identité immédiate, les designers ont été soucieux de ne pas laisser de doute à propos du symbolisme de l’image ; le symbole est celui de l’énergie, de la lumière, de l’électricité qui est fournie par l’entreprise à la planète (NB énergie fournie, produite, et non pas consommée...). Le renouvellement d’une image d’une marque à une telle échelle et à l’ère de la communication tout azimut a pour corollaire immédiat la transformation globale de toutes les références visuelles à l’ancienne image ; tous les supports de communication de la compagnie (par exemple les liens dans les sites web) sont modifiés pour afficher la nouvelle marque Helios.

Les différents usages de l’image

Le nouveau logo doit marquer les fournitures de bureau et tout le matériel de communication, les camionnettes de livraison, les équipements industriels, les stations service, les sites web et les produits promotionnels.

La taille de la police qui est utilisée ainsi que la position des initiales changent selon le type d’emplacement : sur le logo de référence, les lettres sont placées au nord nord-est de la rosace ; pour tous les usages qui appellent une reconnaissance immédiate de la marque (par exemple les enseignes qui doivent être vues à distance) ou encore lorsque l’espace vertical est très limité (comme sur les stylos), le symbole et les lettres apparaissent sur une même ligne, à l’horizontale.

La police également change selon l’utilisation : Univers 55, pour la marque, Garamond pour les documents avec beaucoup de texte et Univers 55 Roman pour l’enseigne et les campagnes publicitaires.

Sur le site web et dans la publicité à la télévision, l’image est composée sous les yeux du spectateur à partir des pétales colorés et des rayons lumineux qui s’assemblent pour former l’emblème.