Pialat, peintre et cinéaste

Serge Toubiana, Maurice Pialat, peintre et cinéaste, Paris, Somogy, 2013, 160 p.

L'une des originalités de l'exposition et du livre (chez Somogy) sur Maurice Pialat est de n'avoir pas considéré l'activité de peintre comme anecdotique. Cela correspond parfaitement à ce créateur passionné, angoissé et atypique. Nous pouvons ainsi comprendre les passerelles entre les modes d'expression et sa façon de transfigurer l'autobiographie en histoires universelles, comme Truffaut ou Louis Malle. Voilà pourquoi les traces et études du livre sont précieuses pour comprendre sa singularité, les liens distendus (20 ans séparent l'arrêt de la peinture et le premier film) entre images fixes et mobiles, ainsi que cette transmutation créative singulière  – devenue rare à l'ère de l'egohistoire façon confessionnal, publiée en livre avec le contenu d'une brève, ou de la loghorrée sur divan de psychanalyste –, d'un rapport singulier-universel éclatant et éclairant.

Exposition proposée par La Cinémathèque française, du 18 février au 7 juillet 2013, accompagnée d'une rétrospective intégrale de l'œuvre filmographique, du 20 février au 4 mars 2013