• Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

    Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

  • Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

    Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

  • VOIR / NE PAS VOIR LES

    VOIR / NE PAS VOIR LES "HANDICAPS"

  • Exposition : Une petite histoire de la BD

    Exposition : Une petite histoire de la BD

édito

Les pensées confettis

Nous vivons singulièrement deux périls opposés de façon simultanée : l’uniformisation et la parcellisation. L’uniformisation est constituée par la marchandisation de la planète, sa normalisation et sa standardisation : les mêmes produits de masse partout, les mêmes modes vestimentaires ou de pensée. La parcellisation est son pendant : chacune et chacun dans son coin ou replié sur sa communauté réelle et virtuelle.

Lire la suite

Pourquoi la photographie a force d'art ?

 

Il paraît difficile de restituer ici toute la finesse et la richesse d’analyse de ce livre imposant (400p.) L’auteur évoque les travaux de photographes qui sont encore aujourd’hui au centre de polémiques : Jeff Wall, Andreas Gursky, Thomas Ruff, Sugimoto, Thomas Struth, Cindy Sherman, Luc Delahaye, Thomas Demand (et ses photographies de pliage imitant le réel) et bien sûr leurs maîtres à tous, le couple Bernd et Hilla Becher.

La thèse principale de l’ouvrage est qu’une mutation a eu lieu dans les années 1970. La photographie, à travers le travail de plusieurs artistes, a voulu (consciemment ou non) s’ériger comme une part incontestable de l’Art et quitter cet entredeux auquel elle était cantonnée depuis sa création. En effet, la photographie peut être vue comme une technique d’enregistrement du réel faisant appel à l’optique et à la chimie (et depuis les années 1990 à l’électronique). Des photographes ont donc entamé des démarches pour sortir leur pratique de cette suspicion. Une de ces démarches a été de créer des photographies pour « le mur » et non plus seulement pour le livre ou l’album. Les photos sont pensées pour être exposées : il s’agit d’un changement peu ou prou semblable à la création de la peinture de chevalet.

La photographie contemporaine se penche sur la question de la représentation et de ses limites ainsi que sur la place du spectateur face à l’œuvre : Thomas Struth photographie les visiteurs des musées, Sugimoto « enregistre » la totalité de la lumière d’un film de cinéma sur une photo obtenant des écrans blancs… L’anti-théâtralité devient une norme à l’image des peintres du quotidien du 19ème siècle : même si cette anti-théâtralité est construite (Andreas Gursky peut mettre des mois à établir un scénario et un décor pour une seule photo), elle interroge le spectateur sur sa place. Est-il face à un simple artéfact ou face à une œuvre d’art qui est ontologiquement polysémique ? Le portrait, genre « classique » de la photo, devient un lieu d’interrogation sur la notion même d’identité et d’automaticité du rendu du réel : Thomas Struth rassemble des familles inexpressives et permet pourtant au spectateur de comprendre les relations humaines qui existent entre les différents membres. Il en est de même des adolescents sur la plage de Rineke Dijkstra ou des inconnus du métro de Luc Delahaye dans son recueil L’Autre[2]…autant de clichés qui ébranlent la certitude de l’automaticité ontologique de la photographie. La street photography est revisitée par Jeff Wall[3] ou Beat Streuli[4] entre analyse sociale et spontanéité de la personne photographiée qui ne sait pas qu’elle l’est.

Michael Fried balaye ainsi les différents domaines de la photographie contemporaine. Son ouvrage se révèle particulièrement enrichissant en ce qu’il permet d’aborder la photographie d’art contemporaine avec des clés (comme la notion d’anti-théâtralité ou de la place du spectateur) qui font parfois défaut au spectateur face à des œuvres complexes. En revanche, l’érudition rare de ce livre en fait un ouvrage difficile d’accès. De longs développements sur des extraits d’œuvres de Wittgenstein ou d’Heidegger peuvent faire perdre au lecteur le fil de la réflexion de l’auteur. En outre, la faille majeure de cet ouvrage est l’auto-référencement quasi permanent que fait le critique d’art à son livre Art et objectivité paru en 1967. Enfin, si le propos manque parfois d’homogénéité (comme s’il s’agissait d’une compilation d’articles) et de volonté didactique évidente, cet ouvrage demeure néanmoins un bon outil pour comprendre la photographie contemporaine et ses évolutions depuis les années 1970.

Florent BARNADES

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


[1] La place du spectateur, Gallimard, 1990, Le réalisme de Courbet, Gallimard, 1993, Le modernisme de Manet, 2000

[2] Luc Delahaye et Jean Baudrillard, l’autre, Phaidon, Londres 1999

[3] Mimic, 1982, transparent sur caisson lumineux, 198 X 228,5 cm

[4] Photographie extraite de vidéo New-York City, 2000-02.